M. El Haiba appelle les universitaires à puiser les thèmes de la recherche du PANDDH

M. Mahjoub El Haiba, Délégué Interministériel aux Droits de l’Homme, a appelé l’université marocaine à accompagner le processus de la planification stratégique dans le domaine des droits de l’Homme au Maroc. Cet appel a été lancé lors de la rencontre d’échange, organisée en partenariat avec l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah et la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales à Fès, au siège de la Faculté des Sciences et Techniques, le mardi 24 avril 2018.

A cet effet, M. El Haiba a proposé de réviser les formations relatives aux droits de l’Homme, de puiser les thèmes de la recherche scientifique à partir du Plan d’Action National en matière de Démocratie et de Droits de l’Homme (PANDDH), de construire des ponts de dialogue dans le domaine des droits de l’Homme avec la société civile ainsi que des passerelles d’échange entre les différentes Facultés en la matière.  ‘Le plan prend en charge de nombreuses questions émergentes en matière des droits de l’Homme comme l’environnement, la déontologie médicale, l’entreprise et les droits de l’Homme, les nouvelles technologies de l’information et la protection des données personnelles’, a expliqué le Délégué interministériel. 

En vue de développer les indicateurs de mesure des droits de l’Homme dans les politiques publiques, M. El Haiba a souligné l’importance de s’ouvrir sur les expériences internationales, de s’appuyer sur les indicateurs élaborés par les organes de traités, les recommandations des procédures spéciales et celles de l’Examen Périodique Universel (EPU). Les indicateurs du Conseil d’Europe et l’Organisation du Développement et de Coopération Économique (OCDE), le guide sur les indicateurs des droits de l’Homme élaboré par le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme et la jurisprudence de la justice administrative au Maroc sont une bonne base pour amorcer la réflexion à ce propos ajoute le Délégué interministériel. 

Parallèlement à cela, M. Ahmed Chaouki Benyoub, a souligné l’importance du PANDDH, en tant que document de référence en matière de promotion et de protection des droits de l’Homme à l’échelle nationale, basé sur un référentiel marocain consensuel fondé sur les acquis et les bonnes pratiques. 
Dans le même contexte, le professeur Mohamed Moufid a précisé le PANDDH s’étant basé sur la Constitution marocaine, renforce les engagements internationaux en matière de droits de l’Homme, et felète ainsi la volonté suprême de l’État quant à l’institutionnalisation et la mise en œuvre des droits de l’Homme. M. Moufid a également souligné l’importance du PANDDH en matière de définition des approches fondamentales pour les politiques publiques pour le renforcement des libertés, l’instauration de l’État de droit et la concrétisation de la justice territoriale et sociale. Le PANDDH accorde une attention particulière à la dimension territoriale et régionale des droits de l’Homme, a ajouté le professeur.

Pour sa part, le professeur Abdelouahed Koraichi a estimé que la mise en œuvre du PANDDH engage deux types d’acteurs : le pouvoir politique et le citoyen. Le citoyen aspirant à davantage de liberté dans l’espace public, un espace dont le pouvoir politique a pour mission d’y instaurer l’ordre et de préserver l’intérêt public. Il y a donc lieu de partager une vision commune pour la mise en exécution les textes de loi, la mobilisation positive des institutions législatives, médiatiques et judiciaires et la garantie du respect de la loi par le citoyen, explique le professeur.              

Concernant les rôles que pourra jouer l’université pour la mise en œuvre du Plan d’Action National, le professeur Ouafae Makoudi a souligné l’importance de l’université en tant que force critique et de proposition. L’université est en mesure de contribuer à la création d’un fond documentaire sur les droits de l’Homme en vue d’accompagner la mise en œuvre du PANDDH selon un agenda, bien, déterminé de formation pratique en matière des droits de l’Homme. L’université devraient mobiliser des partenariats avec les différents acteurs dans le domaine, d’interagir avec ces derniers en toute indépendance, impartialité et neutralité.

Il est à signaler que cette rencontre de communication est la dixième de son genre organisée par le Ministère d’État chargé des Droits de l’Homme avec les universités marocaines pour examiner la mise en œuvre du PANDDH et les rôles à jouer par l’université en la matière. 

Lire d'autres actualités

toutes les actus

Université Moulay Ismaïl de Meknès : appel à la création d'observatoires nationaux et régionaux des droits de l'Homme

La rencontre sur le Plan d'Action National en matière de Démocratie et des Droits de l'Homme, organisée par l'Université Moulay Ismail dans la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et...

Campagne nationale d’inscription des enfants non-inscrits à l’état civil : inscription de 23151 personnes à travers le Royaume

La première phase de la campagne nationale d’inscription des enfants non-inscrits à l’état civil, organisée entre septembre 2017 et mai 2018 sur le thème : ‘ l’inscription à...