M. RAMID : La médecine légale est une composante essentielle du système judiciaire au Maroc

Le Ministre d'État Chargé des Droits de l'Homme, M. Mustafa RAMID, a rappelé l’importance de la médecine légale comme l'un des piliers du système judiciaire. Cette déclaration a été faite lors de sa participation à la première conférence nationale sur la médecine légale, organisée par l'Association Marocaine de Médecine Légale en partenariat avec l'Institut Allemand de Médecine Légale et des Sciences Forensiques de Berlin, du 4 au 6 mai 2018, à la Faculté de Médecine et de Pharmacie à Casablanca. 


A cette occasion, le Ministre d'Etat Chargé des Droits de l'Homme a déclaré, lors de la séance d'ouverture de la conférence, que le Maroc dispose de deux laboratoires importants au service de la justice, relevant de la Direction Générale de la Sécurité Nationale et de la Gendarmerie Royale. Le dialogue national sur la réforme du système judiciaire a accordé une attention particulière à la question de la médecine légale, a-t-il ajouté. Des séminaires ont été organisés en la matière à Fès et Marrakech et un projet de loi a été élaboré pour l'organisation de la profession de médecine légale. Ce projet prévoit la mise en place d'un Conseil National et de Conseils Régionaux dédiés à la profession, jouissant de l'autonomie administrative et financière nécessaires pour garantir un procès équitable.


Cependant, malgré les efforts déployés en vue de la promotion de la profession de médecine légale au Maroc, la discipline continue à connaître une insuffisance en termes de ressources humaines spécialisées. La profession passe ainsi par une situation exceptionnelle, d'autant plus que des médecins non spécialisés font office de médecins légistes. Le besoin en médecine légale se fait sentir aux hôpitaux régionaux et universitaires, et il y a lieu plus que jamais de réviser les indemnités financières allouées aux médecins légistes, a ajouté le ministre. 


Le ministre a conclu son allocution en soulignant l'importance du rôle de cette discipline dans le domaine des droits de l'homme, notamment pour infirmer ou confirmer les allégations de torture conformément au Protocole d'Istanbul. 


A noter que dans le cadre du programme de coopération entre le Ministère d'État chargé des droits de l'Homme et l'Institut allemand de la médecine légale et des sciences forensiques de Berlin, un programme de formation a été mis en place depuis 2017. Des sessions de formation en faveur des cadres médicaux marocains de la Gendarmerie Royale du Maroc, de la Sécurité Nationale et du Ministère de la Santé ont ainsi été organisées dans trois disciplines fondamentales (la médecine légale, la toxicologie et les empreintes génétiques). 


L'institut allemand devrait signer un accord de coopération avec le Ministère de la Santé pour la mise en place d'unités médico-légales au sein des centres médicaux du Royaume dans les villes de Rabat, Marrakech et Oujda. L'Institut assurera également l'encadrement des sessions de formation continue et fournira une assistance technique en matière de médecine légale. 
 

Lire d'autres actualités

toutes les actus

M. RAMID : La médecine légale est une composante essentielle du système judiciaire au Maroc

Le Ministre d'État Chargé des Droits de l'Homme, M. Mustafa RAMID, a rappelé l’importance de la médecine légale comme l'un des piliers du système judiciaire. Cette déclaration a été...

Conférence internationale sur le rôle de l’enseignement et de la recherche scientifique dans la promotion des droits de l’Homme

Marrakech a accueilli les 24 et 25 février 2017 une conférence internationale organisée par la Délégation Interministérielle aux Droits de l’Homme (DIDH) en partenariat avec l’Institut...