Missions

Le Décret n°150-11-2 portant création de la Délégation interministérielle aux droits de l'Homme stipule les missions suivantes :

  • Elaborer et mettre en œuvre, en coordination avec les départements ministériels, les institutions nationales et les organismes concernés, la politique gouvernementale en matière des droits de l’Homme et du droit international humanitaire ;
  • Proposer des mesures à même d’assurer la mise en œuvre des conventions internationales, dûment ratifiées par le Royaume, des droits de l’Homme et du droit international humanitaire ;
  • Entreprendre toute action de nature à favoriser le respect des droits de l’Homme, dans la mise en œuvre des politiques publiques ;
  • Assurer la mission de Reporting en consultation permanente avec les parties prenantes.

 

La DIDH travaille en étroite collaboration avec les différents acteurs nationaux et internationaux concernés par les droits de l’Homme : 

Les départements ministériels : la DIDH œuvre à coordonner l’action gouvernementale afin de favoriser la mise en œuvre d’une politique cohérente en matière des droits de l’Homme.

Les institutions et instances de protection des droits et libertés, de la bonne gouvernance, du développement humain et durable et de la démocratie participative :la Délégation vise à renforcer la coopération, à associer et à coordonner l’implication de ces institutions dans ses projets et programmes d’action suivant les domaines d’intérêt de chacune de ces institutions.

La société civile : la DIDH veille à développer des partenariats avec la société civile, notamment en matière de renforcement des capacités, d’interaction avec le système international des droits de l’Homme.

Les institutions et organisations Internationales : La DIDH œuvre pour le renforcement de l’interaction internationale avec les instances spécialisées des organisations internationales, régionales et européennes dans le domaine des droits de l’Homme. Elle assure également, en collaboration avec les départements concernés, la mise en valeur de l’expérience marocaine aussi politique qu’institutionnelle en matière de droits de l’Homme et de développement démocratique.